Moment suspendu au LFM… Gaël Faye

 

Cette semaine au lycée, nous avons eu l’honneur d’accueillir Gaël Faye.

Il fût d’abord accueilli par les élèves de l’AEL dès son entrée au LFM, puis il s’est entretenu avec Son Excellence Madame l’Ambassadeur Sylvie Berman, qui nous a fait l’honneur de venir.

 

Passé le temps d’écoute de la chanson « Petit Pays », vient le moment d’émotion où Gaël Faye nous slame les paroles « Métis» … Le silence dans la salle est à la hauteur de l’émotion dégagée par les paroles énoncées qui font échos pour beaucoup dans la salle… « Quand deux fleuves se rencontrent
Ils n’en forment plus qu’un et par fusion nos cultures deviennent indistinctes
Elles s’imbriquent et s’encastrent pour ne former qu’un bloc d’humanité debout sur un socle »

Au jeu des questions réponses, Gaël Faye s’y prête avec une extrême générosité, simplicité, humanité, sincérité.

 

Les explications de son œuvre sont simples : Son enfance, sa famille, la société matriarcale du Rwanda et du Burundi… Le titre vient du pays de l’enfance.

Quant à ses modèles, il cite et même récite René Depestre « Minerai Noir »…A nouveau les élèves sont sous le charme et dans le respect.

Il nous raconte aussi qu’il a vécu dans une capitale(Bujumbura) à l’image de celle de la Russie, capitale de la mondialisation.

Une élève le remercie d’avoir écrit sur cette guerre, car pour beaucoup de jeunes présents dans la salle, cela a permis de découvrir l’existence du génocide au Rwanda… Ce livre est aussi un rappel historique de cette époque.

Cet entrevue se termine par quelques conseils : « lisez autant que possible »…

« L’écriture permet la réaffirmation de soi et permet de se définir soi-même »